Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les hommes jouent aux jeux violents et surfent sur les sites X

8 Février 2009 , Rédigé par Jean Michel Publié dans #Actualités Informatique


La violence dans les jeux vidéo, c'est un peu le marronnier de la presse : les études défilent et l'on ne peut que relater leurs conclusions sans que jamais aucune ne fasse autorité sur les autres. Ainsi, celle réalisée par Laura M. Padilla-Walker tend à prouver que l'on entretient avec les jeux vidéo un rapport qui est similaire aux risques encourus avec les drogues et l'alcool, déstabilisant l'estime de soi et créant de mauvaises relations personnelles.

Laura relativise cependant : « Cela ne signifie pas que chaque personne qui va se mettre aux jeux vidéo a une faible estime d'elle-même, ni que jouer va conduire à prendre des drogues. » Simplement, la pratique selon la fréquence et le type de jeu peut, avec certaines personnes, entraîner des effets négatifs.

Au cours des 12 derniers mois, elle et son équipe ont pu examiner un groupe de 500 femmes et 303 hommes, étudiants américains. Les résultats de ces analyses, relatés dans le Journal of Youth and Adolescence, montre une grande différence comportementale entre les sexes dans l'utilisation d'internet et des jeux vidéo, comme on peut s'en douter. Par exemple, les hommes jouent trois fois plus que les femmes, en moyenne, et huit fois plus à des jeux violents encore.


jeux violent

Concernant internet, les femmes y ont recours pour du courrier électronique et de recherches pour leurs cours, tandis que les hommes s'en servent pour des informations quotidiennes, du divertissement et de la pornographie.

Cependant, toute considération de genre sexuel mise à part, la relation établie entre alcool, drogues et ego mis en parallèle avec les jeux vidéo montre que plus on consomme de ces derniers, plus les trois premiers points sont affectés. De même, étonnamment, on a établi une relation entre les jeux violents et un plus grand nombre de partenaires sexuels, ainsi qu'une mauvaise relation à autrui.

Pour Laura, rapporte Reuters, cette étude peut servir de point de départ pour de futures recherches concernant la compréhension de ces deux univers, et une meilleure approche des jeunes.


Partager cet article

Commenter cet article