Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Feu vert pour des noms de domaine en .google, .amour ou .paris

27 Juin 2011 , Rédigé par Jean Michel Graveron Publié dans #Actualités Internet

L'Icann a approuvé la mise en place de nouveaux noms de domaine à côté du .com ou du .org., permettant à des entreprises ou à des collectivités de posséder leur propre extension. Une décision qualifiée d'historique par l'institution.


http://www.01net.com/images/article/200.587709.jpgJusqu'ici, l'Icann (1) n'autorisait qu'une vingtaine d'extensions de noms de domaine de premier niveau génériques (GTLD, generic top-level domains) telles que le .com, le .org, le .net. On devrait en voir apparaître des centaines de nouvelles à l'avenir, qu'il s'agisse de marques (.google, .apple, .facebook, .01net, etc.), de noms de villes ou de régions (.paris, .toulouse, .bzh, .london, etc.), de concepts (.banque, .amour, etc.)... A Singapour, le comité de direction de l'organisme a en effet approuvé ce 20 juin 2011 un plan de libéralisation des GTLD [PDF en anglais] qualifié d'« historique » par l'Icann même.
« Les adresses Internet pourront se terminer avec presque n'importe quel mot de n'importe quelle langue, offrant aux organisations du monde entier l'opportunité de mettre en avant leur marque, leurs produits, leur communauté ou leur cause, de façon innovante », affirme dans un communiqué enthousiaste le gestionnaire des noms de domaine.

L'Icann avait commencé cette ouverture en 2008, lors d'une réunion à Paris. Cette initiative a été longuement discutée, notamment avec certains gouvernements dont celui des Etats-Unis, qui se montraient hostiles à une libéralisation tous azimuts.

fadeline_180_rr.gif

 

Trois mois pour déposer sa demande

L'Icann précise qu'elle enregistrera les demandes du 12 janvier au 12 avril 2012, sans préciser si un autre créneau sera ouvert à l'avenir. Les dossiers seront examinés « avec une publication de la liste des candidats déclarés fin avril 2012 et une publication des résultats d'évaluation initiaux en novembre de la même année avant un lancement opérationnel des nouveaux GTLD douze mois après (fin 2013) », indique l'Afnic (2), qui, en France, gère le .fr (3).

L'organisme français, déjà retenu par la Ville de Paris pour son extension, le .paris, se dit prêt à « accompagner de nouveaux porteurs de projets ». « Bien que le nombre de nouvelles GTLD attendues soit difficile à estimer précisément, l’Icann se prépare à recevoir près de 500 candidatures », indique le bureau français d'enregistrement.
Pour l'Icann (et pour les professionnels des noms de domaine), cette libéralisation sera peut-être une belle source de revenus, puisque les organisations privées ou publiques qui souhaitent utiliser une extension de nom de domaine à leur image devront débourser 185 000 dollars pour l'évaluation, puis 25 000 dollars par an et par extension si elles obtiennent satisfaction. Des sommes qui ne seront donc pas à la portée de tout le monde et devraient limiter le cybersquatting.
L'Icann a déjà fait évoluer à plusieurs reprises les GTLD, avec l'apparition en 2000 de .aero, .biz, .info ou encore .pro, et en 2004 des .asia, .cat, .jobs, .tel et autres .travel. Il y a peu, l'Icann avait autorisé la mise en place du très controversé .xxx, destiné aux contenus pour adultes.
 
green_button.png Le guide de l'Icann sur les nouveaux GTLD (PDF, 352 pages).
(1) Internet Corporation for Assigned Names and Numbers.
(2) Association française pour le nommage Internet en coopération.
(3) Le .fr est un TLD dit CC, pour « country code ». Les CCTLD et les GTLD sont au nombre d'environ 300 aujourd'hui.

 
Source-Clubic.png

Partager cet article

Commenter cet article