Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Barack Obama, président , veut nommer un « tsar » de l'Internet

5 Novembre 2008 , Rédigé par Jean Michel Publié dans #Actualités Informatique


Adepte du BlackBerry et de l'e-mail, le nouveau président souhaite nommer un superministre du Net.



Tout au long de la campagne présidentielle, Barack Obama aura été LE candidat préféré de la Silicon Valley et de l'économie d'Internet. Face à un John McCain qui se définissait lui-même comme un « analphabète de l'ordinateur » (computer illiterate) et qui avait besoin de sa femme pour consulter un site Web, le sénateur de l'Illinois, adepte du téléphone mobile, d'Internet et du BlackBerry, séduisait.


Avant même le début des primaires démocrates, en novembre 2007, Barack Obama avait fait le voyage à la Silicon Valley et s'était notamment prononcé pour la création d'un fonds de capital-risque pour le développement des technologies propres, qui pourrait être en partie financé, à hauteur de 50 milliards de dollars, par l'argent public. Certes, l'idée date un peu, et la crise financière est passée par là. Mais la démarche avait marqué les esprits et le candidat avait engrangé les soutiens, à commencer par celui du PDG de Google, Eric Schmidt.


Déployer le haut-débit sur l'ensemble du territoire


Mais l'une des propositions les plus emblématiques du nouveau président devrait être la nomination d'un « tsar » de la technologie Internet, un superministre aux compétences élargies, comme ce fut le cas par le passé aux Etats-Unis pour des dossiers comme la drogue ou la cybersécurité.
Sur son bureau, l'heureux élu devrait trouver un agenda très fourni concernant la « Net-neutralité », le développement de la démocratie à l'âge d'Internet (retransmission en ligne des réunions gouvernementales, possibilité pour les citoyens de laisser des commentaires pendant cinq jours après la signature d'une nouvelle loi par le président) ou le déploiement de l'accès à l'Internet haut-débit sur l'ensemble du territoire américain.
Bien entendu, certaines de ses propositions, à commencer par celle sur le haut-débit, suscitent des réserves. Ainsi, en septembre dernier, Michael Powell, ancien directeur de la FCC (l'agence fédérale chargée des communications) avait estimé en public qu'il était parfaitement irréaliste de laisser courir le bruit qu'il y avait de l'argent pour creuser dans les rues d'Amérique et y installer de la fibre. « Une politique nationale en la matière devra certainement faire preuve d'un peu plus de subtilité », ajoutait-il dans des propos rapportés par le site News.com.

Enfin, sur un sujet comme le respect du droit d'auteur, qui intéresse (à défaut de les inquiéter) la très grande majorité des internautes, l'administration pourrait être traversée par quelques turbulences. Ainsi, si le président s'était déclaré favorable, en théorie et en théorie seulement, à l'idée d'une révision du Digital Millenium Copyright Act (la loi antipiratage américaine votée en 1998), afin de permettre aux Américains de faire une copie de sauvegarde de tout DVD ou jeu vidéo acheté légalement, on sait aussi que Joe Biden, le nouveau vice-président, est réputé proche de la RIAA, l'équivalent du Snep (1) à l'échelle des Etats-Unis.


(1) RIAA : Recording Industry Association of America ; Snep : Syndicat national de l'édition phonographique.





Partager cet article

Commenter cet article

Flo-Avril2 06/11/2008 11:33

Dur dur de mettre des commentaires ce matinAmitiés, Flo